Stéphane Jacquot a accompagné Nicolas Sarkozy dans sa visite du nouveau Centre pénitentiaire sud francilien (CPSF) de Réau

Dans le cadre de sa mission de suivi des politiques pénitentiaires et des prisons, Stéphane Jacquot, secrétaire national de l’UMP a accompagné le Chef de l’Etat lors de l’inauguration par celui-ci du tout récent établissement pénitentiaire de Réau (77), le mardi 13 septembre 2011 dans la matinée. Voilà quarante ans qu’une visite présidentielle n’avait pas eu lieu dans une prison, un symbole fort donné par  Nicolas Sarkozy aux fonctionnaires de l’administration pénitentiaire reconnue comme la troisième force de sécurité en France.

 Afin de répondre aux attentes légitimes de nos concitoyens face aux problématiques de la récidive et de la réinsertion des personnes détenues, le Chef de l’Etat a démontré une fois encore sa détermination à humaniser toujours plus les prisons de notre République, afin de prévenir la récidive et d’améliorer les conditions de détention en France.

 A ce titre, le nouvel établissement pénitentiaire sud-francilien, d’une capacité de 826 places, constitue la synthèse des préconisations induites par les Règles Pénitentiaires Européennes : prise en compte des spécificités de l’incarcération, ergonomie des structures, potentialisation de l’action des services et  des administrations partenaires, mais aussi,  renforcement de la sécurité des personnels travaillant en détention.

 Stéphane Jacquot particulièrement sensible à la démarche d’évaluation des  personnes incarcérées, a assisté en présence du Président de la République, à la présentation, par l’Administration Pénitentiaire, des toutes dernières modalités prévues en la matière par le Centre National d’Evaluation (C.N.E.), positionné au cœur même du Centre Pénitentiaire de Réau.

 A cette occasion, Nicolas Sarkozy a annoncé l’objectif de 80.000 places de prison disponibles en France à l’horizon 2017, c’est-à-dire 30 000 places supplémentaires,  l’encadrement militaire des jeunes délinquants, mesure proposée par le député UMP Eric Ciotti, qui sera discutée à l’automne dans un projet de loi sur l’exécution des peines et l’ouverture prochaine d’un troisième Centre National d’Evaluation.

 Stéphane Jacquot salue ces mesures qui visent à responsabiliser les auteurs d’infractions. Dans son rapport de propositions remis au secrétaire général de l’UMP le 30 juin dernier, il préconise  l’augmentation du nombre de places et la création de centres régionaux d’évaluation afin de mieux apprécier la personnalité du détenu, et de ce fait, orienter ou adapter la peine de prison en fonction de celui qui l’exécute.

 Loin des simples déclarations d’intention purement incantatoires du Parti Socialiste concernant la justice, le secrétaire national considère que l’UMP prouve encore une fois le pragmatisme et le réalisme qui caractérisent sa conduite de dossiers publics, aussi humainement sensibles que la condition carcérale de notre pays.